De l’idée à la réalité, il n’y a qu’une rage

Kinoss Dossou décrit les arcanes du plus grand événement jamais organisé en Europe dont l'objectif a été de repousser les frontières des préjugés qui enlaidissent le visage de l'ADN africain, l'identité des peuples d'Afrique noire, le Vodou. À Bruxelles, capitale européenne, 2e ville plus cosmopolite du monde, le Festival des Arts Vodou se tient depuis 2016 et a été soutenu pour sa première édition par le Président de la République du Bénin en personne, Patrice Talon. Il en décrit une machine de vulgarisation des arts et traditions, vitrine du patrimoine africain. Malgré ce soutien indéfectible de premier rang, il fallait aussi porter l’identité de toute une nation à travers le symbole le plus controversé de tous les temps : le Vodou. Ce n'était plus un simple festival mais un projet d’apprentissage de soi ...

  • Arène

    Le Vodou, c'est avant tout des rituels, des cérémonies et des performances. Notre arène couvrira toute la symbolique des arts et démonstrations mais aussi la sortie de Vodoun masqués pour le bonheur du public via un apprentissage non-initiatique.

  • Temple

    Le panthéon Vodou renvoie aux éléments de la nature avec des traditions orales, des rites, de la musique, d’une philosophie... C'est un patrimoine matériel et immatériel dont les temples et couvents permettent d'en approcher la compréhension.

  • Bibliothèque

    Recherche et rencontres académiques entre professionnels du secteur et le public. L'institut Vodou favorisera la numérisation de quelques aspects bibliographiques des récits de griots pour une meilleur connaissance de l'identité, la culture et la philisophie Vodou.